Une denrée rare et enviée

Il est actuellement impossible de trouver cet aliment dans la grande distribution, contrairement au lait de chèvre. Il y a peu d’élevages d’ânesses à lait dans le Monde.

Ces élevages ne comptent en outre tous qu’un petit nombre de têtes (pas plus d’une trentaine), exception faite de notre élevage qui est l’un des plus grands d’Europe (environ 600 têtes).

La traite pose, en outre, des difficultés objectives puisque l’ânesse ne consent pas à cette opération si elle ne se fait pas à proximité de son ânon. Elle produit son lait seulement pendant la période d’allaitement de l’ânon; cette production cesse en effet au sevrage. Enfin, la capacité volumétrique de la mamelle est maigre (production journalière de lait de 2 litres maximum)

L'objectif est donc celui de mettre en place un projet coopératif entre différents éleveurs européens capables de respecter notre charte de qualité et de fournir du lait d'excellente qualité afin qu'il soit traité et conditionné pour sa bonne commercialisation.